Votre barre d'outils Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeAugmenter les contrastes en inversant les couleursLa mise en forme courante correspond à celle par défaut Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyez cette page à un ami. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. partager sur facebook

Rénover la ventilation en copropriété

Souvent négligée car méconnue et perçue comme non-prioritaire, la rénovation du système de ventilation est cependant un enjeu essentiel en copropriété.
Une ventilation performante doit permettre un renouvellement d’air suffisant pour réguler le taux d’humidité de l’air et limiter les polluants intérieurs, afin de protéger le bâtiment, la santé des occupants, et de garantir leur confort.

Types de ventilation : un peu d’histoire…

La diversité des systèmes de ventilation rencontrés en copropriété résulte des évolutions réglementaires et des progrès techniques depuis les années 1930. Les copropriétés construites avant les années 1950 n'étaient généralement ventilées que ponctuellement, par ouverture des fenêtres, ou par « défauts d'étanchéité », via des infiltrations d'air autour des fenêtres, des portes et dans les parois.

La ventilation naturelle « pièce par pièce » est devenue obligatoire en 1958 : les WC, salles de bain et cuisines sont alors ventilées via des bouches d'entrée et d'extraction d'air situées dans la même pièce, mais les pièces à vivre ne sont pas concernées.

Ventilation naturelle en copropriété
Ventilation naturelle en copropriétéVentilation naturelle en copropriété

À partir de 1969 la réglementation exigeait pour les nouvelles constructions une ventilation générale et permanente (naturelle ou mécanique). L'ensemble du logement est ainsi ventilé par balayage : les entrées d'air sont situées dans les pièces principales (chambres, séjours, bureaux) et les extractions d'air dans les pièces humides (WC, salles de bain et cuisines).

La réglementation thermique dans l'existant depuis 2007 exige aussi que les fenêtres et portes-fenêtres remplacées dans les pièces principales soient équipées d'entrées d'air.

La grande majorité des copropriétés construites en 1945 et 1975 est toujours équipée du système de ventilation d'origine datant de sa construction, ne permettant pas la maitrise des débits de renouvellement d'air, qui sont ainsi fréquemment :

  • trop importants en hiver, générant des inconforts et des surconsommations de chauffage ;
  • trop faibles le reste de l'année, entrainant une mauvaise qualité d'air.

L'apparition des VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) dans les années 70 a permis de garantir des débits de renouvellement d'air suffisants et maitrisés en permanence. Elle est dorénavant obligatoire dans tous les logements neufs.

Bien qu'elle engendre une consommation d'électricité supplémentaire tout au long de l'année, la VMC permet de limiter les déperditions thermiques en hiver et donc de réduire les dépenses de chauffage.

Comment rénover la ventilation ?

Il existe différentes solutions techniques mais c'est la VMC simple flux hygroréglable qui est la plus couramment installée en copropriété. Ce système permet de moduler les débits de ventilation en fonction du taux d'humidité dans le logement (traduisant la présence ou non des occupants) et donc d'avoir un renouvellement d'air adapté tout en réduisant les déperditions de chaleur.

Cout constaté : de 1 000 à 3 000 € / logement en fonction de la situation de départ et du système mis en place.

Ventilation hygro B copropriété
Ventilation hygro B copropriétéVentilation hygro B copropriété

Sur le plan énergétique, l'idéal est la ventilation double flux : un échangeur récupère la chaleur de l'air vicié extrait pour réchauffer l'air neuf entrant à la température extérieure. Ce système est cependant beaucoup plus cher, plus complexe à mettre en œuvre et nécessite un espace plus important. C'est pour cette raison qu'il est rarement installé en rénovation d'immeuble.

Si la copropriété ne souhaite ou ne peut pas faire installer une VMC pour diverses raisons, il est recommandé, à minima, de faire faire modifier la ventilation naturelle vers un système général (par balayage), permanent et modulable (en faisant installer des bouches d'extraction hygroréglables).

Dans tous les cas, il est indispensable de faire réaliser un état des lieux par un professionnel qualifié qui sera en mesure de proposer des solutions techniques adaptées au bâtiment. La situation peut impliquer dans certains cas le remplacement d'appareils de chauffage individuels (chaudières, poêles) qui ne sont pas compatibles avec le système de ventilation mécanique installé.

L'entretien

Dernier point essentiel, un entretien régulier est nécessaire au bon fonctionnement de la ventilation y compris en ventilation naturelle :

  • Nettoyage des bouches de ventilation 1 fois par an par les occupants ;
  • Entretien des gaines et ventilateurs tous les 3 à 5 ans par un professionnel.

 

Pour aller plus loin : consulter également notre page sur l'optimisation des systèmes énergétiques en copropriété

 	Bouche VMC encrassée
Bouche VMC encrassée

ALEC - Agence Locale de l'Energie et du Climat de la métropole grenobloise
14 avenue Benoît Frachon - 38400 Saint-Martin-d'Hères
Tél. 04 76 00 19 09
Tous droits réservés © ALEC Grenoble 2011