Votre barre d'outils Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeAugmenter les contrastes en inversant les couleursLa mise en forme courante correspond à celle par défaut Pour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. Envoyez cette page à un ami. Pour ajouter le document à vos favoris, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur. partager sur facebook

Le Conseil en Energie Partagé

Auprès des petites communes de la métropole

Au 1er janvier 2017, l'ALEC assure une mission de Conseil en Energie Partagé (CEP) pour 20 communes de moins de 8 000 habitants ainsi qu'un Syndicat intercommunal.

Cet accompagnement spécifique, gratuit, conduit chaque année à la remise d'un rapport synthétisant la situation énergétique de la commune, ses émissions de CO2 , mais aussi des préconisations d'études ou de travaux.
Tout au long de l'année, il s'agit d'effectuer un suivi de consommations grâce à l'analyse des factures liées au patrimoine bâti, aux véhicules et l'éclairage public. Une fois l'état des lieux de « qui consomme quoi » établi, un travail d'analyse est mené afin de repérer les bâtiments les plus consommateurs ou ceux ayant une consommation croissante. Des rencontres avec les services techniques et des visites de terrain permettent ensuite d'interpréter ces résultats et de proposer des actions correctives.

Si les solutions et les préconisations se révèlent complexes, l'ALEC préconise l'implication d'un bureau d'étude tout en accompagnant la commune dans cette démarche : élaboration du cahier des charges, lancement de la consultation...

Pour mieux comprendre les objectifs du CEP, consulter le dossier de l'ALEC n°10 "Suivre les consommations énergétiques, comment, pourquoi ?".

 
Communes bénéficiant du service "Conseil en Energie Partagé"
Communes bénéficiant du service "Conseil en Energie Partagé"Communes bénéficiant du service "Conseil en Energie Partagé"

Bilan intercommunal 2005-2015

En 2017, l'ALEC a réalisé le bilan global des consommations, dépenses et émissions de CO2 du patrimoine des communes de la métropole qui bénéficiaient à cette date du conseil en énergie partagé.

 

Données générales*

Dans les collectivités, le chauffage des bâtiments représente de loin le plus gros poste de consommation (66 %). Sur ce panel de communes, la consommation énergétique est de 515 kWh par habitant, alors que la dépense moyenne est de 51€.

La répartition des consommations d'énergie est la suivante :
  • les bâtiments: 402 kWh par habitant / 78% ;
  • l'éclairage public : 87 kWh par habitant / 17% ;
  • les véhicules : 27 kWh par habitant / 5%.
   


Tendance et évolutions 2005-2015**

Baisse sensible des consommations (-20%) et émissions de CO2 (-26%) entre 2005 et 2015

La diminution des consommations traduit l'impact des actions d'économie d'énergie menées continuellement par les collectivités sur leur patrimoine depuis 10 ans et l'augmentation de l'efficacité énergétique grâce au développement de certaines technologies (LED pour l'éclairage, chaudières à condensation, etc.).

La baisse sensible des émissions de CO2 s'explique en particulier par la disparition progressive du fioul dans les bâtiments (-89%) au profit de sources d'énergie moins carbonées comme le gaz naturel ou le bois énergie.

La part d'énergie renouvelable dans le réseau de chauffage urbain a aussi régulièrement augmenté, résultant en une baisse du contenu en CO2 par kWh de -28% de de 2005 à 2015.
   

 

 

 

Augmentation des dépenses (+26%)

La part des dépenses consacrées à l'énergie a augmenté de manière significative dans le budget des communes sous l'effet de la hausse des prix depuis 2005. La dépense moyenne en énergie a augmenté de 2,5%/an en moyenne de 2005 à 2015 alors que les consommations ont baissé à un rythme de -2% /an.

La baisse des consommations n'a donc pas permis de contenir l'inflation énergétique. Pour autant, les communes ont limité la hausse de leur budget énergétique sur cette période.

La dépense évitée peut en effet être calculée grâce aux économies d'énergie générées entre 2005 et 2015. Cette somme correspond à la dépense supplémentaire que les communes auraient dû supporter si leurs consommations n'avaient pas diminué, par rapport à 2005.

C'est ce qu'illustre le graphique ci-contre. Pour les dix communes suivies par l'ALEC depuis 2005, la dépense évitée de 2011 à 2015 est ainsi de 1,5 millions d'euros (soit environ 300 000 € par an en moyenne).

 

* 17 communes suivies en 2015 / 74 000 habitants

** 10 communes suivies de 2005 à 2015 / 42 500 habitants

ALEC - Agence Locale de l'Energie et du Climat de la métropole grenobloise
14 avenue Benoît Frachon - 38400 Saint-Martin-d'Hères
Tél. 04 76 00 19 09
Tous droits réservés © ALEC Grenoble 2011